Historique

Photo sur l'histoire de l'hôpital et de l'hôtel dieu

Historique du Centre Hospitalier de Belleville

Fondé au Moyen-Age, l'Hôtel-Dieu de Belleville s'est développé au fil des siècles pour devenir Centre Hospitalier à ce jour (après avoir été Hôpital rural puis Hôpital local).

 De l'Hôtel-Dieu à l'Hôpital Local

L'existence d'un hôpital à Belleville est attestée dès 1254. Il se situait à l'époque enclavé dans les bâtiments du monastère, tout près de l'église. Son fonctionnement était assuré par un ménage, et son financement par les aumônes, les legs et les redevances. Mais la misère croissante liée aux guerres et aux famines impose au XVIème siècle l'agrandissement et le transfert de l'hôpital à Aiguerande.
En 1714, le vieil hôpital apparaît insuffisant et mal situé. Des terrains sont alors acquis à proximité de la porte de Beaujeu, et les travaux de construction d'un nouvel hôpital débutent en 1720. Ils sont financés par la générosité des Bellevillois, et soutenus par le duc d'Orléans, alors seigneur du Beaujolais. Le nouvel Hôtel-Dieu est inauguré en 1733, et les soeurs de la communauté Sainte Marthe, originaires de Beaune, prennent en charge l'organisation du service des malades. En 1749, la construction de la pharmacie complète les locaux. Sous la révolution, les soeurs hospitalières poursuivent leurs oeuvres de charité auprès des malades pauvres.

Au XIXème siècle, l'augmentation de la population ouvrière de Belleville entraîne un accroissement des besoins, et l'agrandissement successif des locaux. Dès 1826, une salle supplémentaire est construite, la salle des vieillards, ainsi que la chapelle des malades. L'Hôtel-Dieu est alors équipé de 28 lits, qui s'avèrent rapidement insuffisants.
En 1850 est alors édifiée la salle des hommes, perpendiculaire aux deux salles existantes, et en 1851, dans son prolongement, la chapelle des sœurs. En 1910, un bloc chirurgical, le pavillon Gaillardon, est aménagé.
En 1962, un nouvel hôpital est construit, suivi en 1974 de l'édification de la maison de retraite Joseph Rosselli. Cependant, l'Hôtel-Dieu conserve sa fonction d'hospice jusqu'en 1991, date de sa fermeture définitive et du transfert des pensionnaires dans une structure neuve, la maison de retraite « Le Moulin ».